Contact page

Qu’est-ce qu’un trauma ?

Le « trauma », ou traumatisme, est un concept dont on entend de plus en plus parler ces dernières années, et qui est pratiquement toujours abordé en thérapie. Mais comprend-on complètement ce que cela veut dire ?

Les définitions officielles.

  1. − MÉD. Ensemble de manifestations locales ou générales provoquées par une action violente sur l’organisme.
  2. − PSYCHOL., PSYCHANAL.
  3. Violent choc émotionnel provoquant chez le sujet un ébranlement durable.
  4. Tout événement subit, brutal, entraînant pour le sujet qui en est victime des transformations plus ou moins profondes, plus ou moins réversibles.

NB : La psychanalyse (…) a peu à peu délaissé la doctrine du traumatisme initial en faveur de l’ambiance traumatisante (Choisy, Psychanal., 1950, p. 120).

Source : https://www.cnrtl.fr/definition/traumatisme

Définition complémentaire.

Pour beaucoup de gens, le mot « traumatisme » évoque uniquement un évènement très lourd, qui fait des victimes, et ne peut donc pas s’appliquer à eux. Ce qu’ils ont vécu, il y a plus grave, donc ils ne peuvent pas être, eux, « traumatisés ». Alors ils vivent avec (ou sans). Et plutôt bien ! Mais pas pleinement.

Pourtant, un traumatisme psychologique/émotionnel, c’est aussi :

  • La perfidie d’un prof qui vous a pris pour tête de turc et face à qui vous bouilliez de colère ou de honte.
  • L’attitude négligente d’un parent qui ne s’intéressait pas à vous et vous faisait vous sentir si triste et seul.
  • Cet abus dont vous n’avez jamais parlé, ou dont vous avez parlé mais en le minimisant, parce que ce n’était pas vraiment violent ou parce que vous vous estimez un peu responsable, mais dont le souvenir remonte à la surface de temps en temps, des années après.
  • Cette mère incapable de s’occuper de vous qui vous a confié à vos grands-parents la majeure partie de votre enfance, comme si vous n’étiez pas digne de son amour.
  • La naissance de ce petit frère malade vers qui s’est dirigé toute l’attention de vos parents et famille, vous donnant l’impression d’être invisible ou devant être parfait pour ne pas déranger.
  • L’exclusion des groupes ou les moqueries à répétition pendant votre scolarité, réveillant colère, honte, et sentiment d’injustice.
  • Ce père qui vous répétait que vous devriez tellement mieux faire et que vous le déceviez, vous obligeant à être hyper-performant, perfectionniste, sans jamais être satisfait.
  • L’annonce de cette maladie qui, bien que vous en soyez guéri, vous fait encore trembler quand vous y repensez, et c’est toujours la boule au ventre que vous vous rendez chez le médecin, quel que soit lemotif de consultation.
  • Cette séparation qui a bouleversé votre vie et, depuis, vous n’avez pas retrouvé l’amour et le grand bonheur.
  • Ce surnom humiliant que vous donnaient vos proches quand vous étiez petit et qui vous fait toujours un pincement au ventre quand ils l’emploient à nouveau.
  • Ces apparemment petites choses qui vous font bondir ou vous recroqueviller intérieurement sans que vous sachiez bien pourquoi mais vous ne pouvez pas réagir autrement.

Un traumatisme, ce n’est pas forcément un évènement grave et brutal.

Un traumatisme psychologique, c’est

tout évènement, choc, mot, mal, geste, parole,
brutal et soudain ou sournois et répété,
qui a étouffé, limité, voire anéanti la force de vie, la joie,
la liberté, la confiance en vous, en l’Autre, en la vie,
la capacité à aimer et à se laisser aimer,
et a encore des conséquences négatives sur votre vie des années après.

Conséquences possibles d’un traumatisme.

Les symptômes qui peuvent faire penser à une origine traumatique sont, entre autres :

  • Troubles alimentaires
  • Troubles du sommeil
  • Réactions excessives
  • Manque de confiance en soi
  • Méfiance excessive
  • Manque d’estime de soi
  • Peurs récurrentes ou excessives
  • Phobies
  • Souvenirs négatifs récurrents
  • Émotions négatives récurrentes ou excessives (tristesse, angoisse, inquiétude, colère, culpabilité)
  • Difficulté à agir
  • Troubles physiques et maladies
  • Difficultés à se stabiliser
  • Difficultés à oser

Oui, la liste est longue, et loin d’être exhaustive, mais les occasions d’être traumatisé le sont aussi au cours d’une vie. Cependant…

Cependant, la bonne nouvelle numéro 1, c’est que vous avez y survécu, à cette enfance, à cet évènement, à ce deuil, à ce déchirement, à cette blessure. Vous vous êtes construit autour, vous avez grandi, vous avez avancé. Bravo. Vous êtes un « warrior », résilient, courageux.

Mais si ça vous a quand-même laissé boiteux, si ça vous a durci, si vous vous êtes résigné, si ça vous vide de votre énergie par moments ou peut-être tout le temps, parce que cette lutte intérieure larvée entre vos élans et ce que vous vous permettez, ça peut être épuisant, ça nous mène à la bonne nouvelle numéro 2.

La bonne nouvelle numéro 2, c’est que cette façon de vivre qui résulte d’un traumatisme n’est pas définitive et n’est pas la seule possibilité. Ce n’est pas une condamnation à vie.

« Ça » a eu lieu, mais si c’est dans le passé, il y a quinze jours ou 40 ans, vous pouvez vous libérer des conséquences. Vous pouvez arrêter de subir ou forcer vos émotions et réactions pour retrouver votre liberté d’être, d’agir, de ressentir, de rire, de pleurer, de vivre pleinement. Allégé de cette armure, de ce poids, de ce boulet, de cette tension.

Comment ? Tout cheminement thérapeutique, de connaissance et guérison de soi peut amener à cette Guerrière de lumièrelibération. Cependant, les outils les plus efficaces et rapides que j’ai trouvés sont clairement les techniques de thérapies brèves que je vous propose. Ce sont les outils parfaits pour nettoyer rapidement et définitivement le passé de ses conséquences négatives encore présentes aujourd’hui et se découvrir enfin cicatrisé et en pleine possession de ses moyens. Se découvrir tout court, parfois, car on ne peut pas toujours imaginer à quel point on passait à côté de sa vraie vie à cause de ce passé.

 

La clé de la libération

En savoir plus sur ces outils de thérapie brève ? C’est ici.

Prendre rendez-vous pour une session en présentiez ou en ligne ? C’est ici.

Des questions, des précisions ? C’est ici.

Merci pour le temps que vous avez consacré à cette lecture. À bientôt.

 

Haut